Les tâches qui incombent à une structure comme la notre sont variées et nombreuses. La gestion administrative, la gestion halieutique ainsi que la garderie font partie des actions clairement identifiées. Une partie des bénévoles assume ces tâches institutionnelles avec la plus grande rigueur. La gestions des cartes de pêche, le courrier, les relations avec les mairies, syndicats et administrations sont de la compétence du bureau. La gestion halieutique est partagée avec l'ensemble des membres et la surveillance des parcours par nos gardes-pêche bénévoles.

Il reste cependant un grand nombre d'actions qui sont plus ou moins développées par les AAPPMA. Nous avons depuis plusieurs années fait des choix.

  • Le combat pour une meilleure gestion de l'eau sur notre bassin est une grande priorité. Sur notre territoire, la surexploitation de la ressource explique cette implication.
  • La défense des milieux aquatiques, c'est aussi de nombreuses actions comme notre lutte pour l'anguille avec la passe à civelles de Ribérou, la réhabilitation des frayères à brochets, la lutte contre les espèces envahissantes (jussie principalement), l'entretien des berges et de leur végétation, la diversité des écoulements, la continuité écologique.
  • Sans une association forte, ces missions seraient compliquées à mener. La communication et la promotion sont deux armes efficaces que nous nous efforçons d’utiliser au mieux.
  • Avec l'explosion des loisirs ces dernières années, la transmission ancestrale de la pêche se perd peu à peu. L'AIPN, forte de 6/7 bénévoles, secondée par plusieurs membres quand le besoin se fait sentir, forme les jeunes de l'école de pêche, anime des sorties scolaires, met en place des sorties découverte à la belle saison pour tout public.

Pour organiser, structurer et financer ces missions, nous fonctionnons autour d'un outil visible du public, La Maison du Milieu Aquatique et de la Pêche, sur le port de Ribérou.

Go to top